Rencontre de Maurice CHAFIOL le 27 novembre 2019 : Partie 2

La Commission Patrimoine de la Ligue du Centre-Val de Loire de Basketball s’est rendue à Bourges le mercredi 27 novembre 2019 après-midi, auprès de Maurice CHAFIOL avec sa femme et sa fille pour les rencontrer.

Avant le Basketball

Quelle est votre date de naissance Maurice ?

C’est le 7 octobre 1922, ça me fait 97 ans.

Maurice CHAFIOL

Quelle était votre formation ?

En 1934, à 12 ans, je rentre à l’école primaire supérieure à Besançon.

En 1940, à 18 ans, je vais à Montpellier rejoindre mes grand- parents.

De 1940 à 1943, J’intègre le lycée Henri IV à Béziers pour préparer l’école normale d’instituteurs.

En 1943 j’obtiens mon BAC.

En 1944 durant 1 an et ½ j’effectue mon service militaire au Valdahon (Doubs).

En 1945, Je passe le concours d’entrée à l’ENSEP à Paris pour les épreuves sportives.

En 1947, je suis reçu 2ème de ma promotion.

Entre temps, en 1943 il fait connaissance de René et de sa sœur qui sont en vacances dans le Doubs. Ces personnes habitent à Bourges. La sœur est celle qui deviendra sa  femme et qui pratique le Basket à l’US Berry.

Quelle année avez-vous commencé à enseigner le basket ?

En 1948 je suis responsable du Basket à l’US Berry. Les filles (dont mon épouse), jouent en régionale 1.

Etes-vous issu d’une famille de Basketteurs ?

Pas du tout. J’ai joué au basket à Besançon en tant que minime et puis j’étais interne, et dans la cour de l’école d’horlogerie, il y avait un terrain de basket où nous nous entraînions.

Avez-vous des enfants ?

J’ai 6 enfants.

Avec son épouse
Michèle et sa maman Jacqueline

Si oui ont-ils été intéressés et investis dans le Basketball ?

 Oui mais pas tous. Il y en a 4 sur 6 : Michèle, Claude, Jean-Pierre et Christian.

Michèle et Claude ont joué en Nationale 2 au CS Bourges.

Pourquoi étiez-vous intéressé par le Basketball ?

J’ai monté une équipe de basket en 1943 au lycée de Béziers.

 Le Service des Sports de l’époque voulait favoriser la pratique du sport.

 J’ai dit à Borotra, ministre des sports sous Pétain : « d’accord mais on n’a pas les moyens. Nous n’avons pas les bons pour acheter du matériel et de l’équipement pour tous ».

Alors il nous a envoyé des bons et on a monté une équipe de basket. Nous avons joué dans tous les petits patelins là-bas autour de Béziers et même contre Toulouse en UNSS.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *