Les Premières traces

Les 100 ans du Basketball – Partie 1

« J’ai créé le Basketball avec la notion chrétienne de l’amour du prochain, pour que les jeunes puissent y mettre toutes leur force et tout leur cœur, en gardant constamment le contrôle de leur réactions, sans les excès qui en feraient un instrument du Diable. »

La vie de James Naismith

James Naismith est né le 6 novembre 1961 à Almonte petite ville située à l’Ouest d’Ottawa au Canada. Il a fait ses études primaires à l’école de Bennie’s Corners et entre en 1875 à la High School de Almonte. En 1883 il obtiendra un diplôme de bachelier en Art.

En 1890, il entre à la Young Men’s Christian Association (YMCA) où il est professeur d’éducation physique.

En 1891, il invente le Basketball.

En 1917, il est nommé secrétaire de l’YMCA et passe 19 mois en France.

En 1927, il obtient la nationalité américaine.

Le 7 avril 1936, il lance la balle d’entre-deux pour le premier match olympique entre la France et l’Estonie à Berlin.

Le 28 novembre 1939, il meurt à Lawrence dans le Kansas, d’une crise cardiaque.

Il venait d’avoir 78 ans.

Une idée de génie

Au départ, il n’avait pas inventé le Basketball comme un sport au même titre que le baseball, le football made in USA, l’escrime, la boxe ou l’athlétisme. Il s’agissait seulement de créer un jeu sportif en salle.

Le Basket, sport de l’an 2000 ?

Certains le pensent, d’autres le disent. Il y en a même qui le craignent en se demandant bien où va s’arrêter la conquête de ce sport.

Mais pourquoi chercher une fin ?

Jean-Pierre Dusseaulx

Une naissance difficile

Le Dr GULIK directeur des sports du collège de Springfield demanda à James NAISMITH d’inventer un jeu totalement nouveau.

Après plusieurs tentatives infructueuses, James NAISMITH eut l’idée d’utiliser un ballon de football et de le faire rebondir avec les mains.

Il demanda à l’intendant du collège s’il n’avait pas deux boîtes dans lesquelles le ballon pourrait entrer.

M. STEBBINS ne trouva que deux paniers à pêches rangés dans la réserve.

James NAISMITH fixa les paniers à la dernière barre de la galerie qui entourait le gymnase.

Il inventa les treize premières règles de ce sport qui n’avait pas encore de nom.

Les premières règles

  1. Le ballon peut être lancé dans n’importe quelle direction avec l’une ou les deux mains.
  2. Le ballon peut être claqué dans n’importe quelle direction avec l’une ou les deux mains, mais jamais avec le pied.
  3. Les joueurs n’ont pas le droit de courir en tenant le ballon. Ils doivent le relancer de l’endroit même où ils l’ont attrapé ; une certaine tolérance peut être accordée à un joueur qui s’empare du ballon, alors qu’il est en pleine course.
  4. Le ballon peut être tenu dans une seule main ou entre les deux mains ; les bras et le corps ne peuvent servir en aucun cas.
  5. Il est défendu de donner des coups d’épaules à son adversaire, de le retenir, de le pousser, de lui faire des crocs en jambe ; toute infraction à cette règle entraîne une faute. En cas de récidive, le joueur fautif sera éliminé jusqu’à ce qu’un nouveau soit marqué. Si l’intention de frapper son adversaire est évidente, l’intéressé est éliminé pour toute la partie et ne sera pas remplacé.
  6. Frapper la balle avec le poing est une faute, comme la violation des 3 et 4, punie de la même façon qu’il est expliqué à la règle 5.
  7. Si l’une des équipes écope de trois fautes de suite, sans que l’adversaire en commette une, un but sera compté au camp opposé.
  8. Un but est marqué lorsque le ballon a été lancé du sol vers le panier et y est resté pourvu que ceux qui assurent la défense du but n’en n’aient pas modifié la position. Si le ballon reste sur le bord et que ce soit l’adversaire qui fasse bouger le panier, un but sera marqué.
  9. Quand le ballon sort, il sera lancé sur le terrain et joué par le premier joueur qui le touchera. En cas de dispute, l’arbitre le lancera droit devant lui sur le terrain. Le joueur qui remet en jeu à droit à cinq secondes. S’il tient le ballon plus longtemps c’est l’adversaire qui le remettra en jeu. Tout retard apporté volontairement dans le jeu par une équipe entraîne une faute pour ladite équipe.
  10. Le marqueur surveille les joueurs, note les fautes. Lorsque trois fautes consécutives ont été commises, il le signale à l’arbitre. Il peut disqualifier les joueurs conformément aux dispositions de la règle 5.
  11. L’arbitre est le juge du ballon. Il indique si celui-ci est en jeu, s’il est sorti, à quelle équipe il doit être redonné. Il chronomètre. C’est lui qui décide si un but a été marqué, il tient compte des points et a, en général, toutes les attributions confiées normalement a un arbitre.
  12. La Partie est composée de deux mi-temps de quinze minutes séparées par un repos de cinq minutes.
  13. L’équipe qui marque le plus grand nombre de buts pendant cet espace de temps est déclarée gagnante. En cas d’égalité, la partie, avec l’accord des capitaines, peut être continuée jusqu’à ce qu’un autre panier soit marqué.

La première équipe de Basketball

Chez les Mayas

Les Mayas de l’Amérique centrale pratiquaient un jeu le pok-ta-pok dédié au Dieu Quetzoal Coat. Ce jeu se déroulait sur un terrain de surface rectangulaire de 10 à 15 mètres de large et 30 à 60 mètres de long.

Sur les murs deux disques troués de 35 à 60 centimètres de diamètre étaient fixés à 2,70 mètres du sol.

Ces disques étaient placés perpendiculairement au sol.

Il y a peu de rapport entre le pok-ta-pok et le Basket. C’est vrai mais dans les deux jeux le but est en hauteur et il faut envoyer la balle dedans…

Fin de la 1ère Partie

Sources : Supplément à la revue Basketball N°566 Décembre 1991

NB : Existe aussi en vidéo dans l’onglet médiathèque EN CLIQUANT ICI

Disponible sur YouTube EN CLIQUANT ICI :100 ans de Basketball 1ère Partie Basket

Les 100 ans du Basketball – Partie 2

Un Raz de marée

La grande chance du Basket a été d’être inventé par une YMCA.

Car cette association de la jeunesse chrétienne a des antennes dans le monde entier.

Bien évidemment, au départ, le développement du Basket s’est principalement effectué aux Etats Unis, le matériel évoluant aussi vite que l’intérêt des Américains pour ce nouveau jeu qui devint très vite un Sport.

En 1927 en Finlande, les Jeux Mondiaux des YMCA lançaient définitivement ce sport, le premier championnat continental se disputant en 1930 en Amérique du Sud à Montévidéo (Uruguay).

Nous n’étions plus loin d’une organisation mondiale. Elle voyait le jour en 1932 avec la création de la FIBB, le premier Championnat d’Europe se disputant en 1935 à Genève.

Consécration suprême, le Basket fait son entrée aux Jeux Olympiques

L’heure de la liberté

Renato William Jones, né le 5 octobre 1906 à Rome (Italie).

William Jones qui était de nationalité britannique, est décédé le 22 avril 1981 à Munich (RFA).

Secrétaire général de la FIBA de 1932 à 1976, il était l’homme de partout.

Le 18 juin 1932 était mis sur pied la première conférence internationale.

Le premier bureau était constitué du Dr Berry (président), M. Luciri (secrétaire), William Jones (comité de résolution) et M. Mavroskufis (étude des règlements).

La conférence s’accorda rapidement sur deux résolutions :

  1. Création de la Fédération Internationale de Basket
  2. Adoption du règlement américain de 1931 légèrement modifié.

Les Présidents de la FIBA.

1932- Léon Bouffard (Suisse)

1948- William N. Greim (Etats Unis)

1960-A. Dos Reis Carneiro (Brésil)

1968- A. Monein Wahbu (Egypte)

1976- G. Puyat II (Philippines)

1984- Robert Busnel (France)

1990- George Killian (Etats Unis)

L’Escalade en France

Dès l’automne 1893, Melvin B. Rideout, qui s’était initié au nouveau jeu pendant un stage à Springfield, l’enseigna aussitôt à ses élèves de l’Union Chrétienne des jeunes gens de la rue de Trévise à Paris (YMCAParis).

Le 27 décembre 1893, la première rencontre fut disputée dans ce petit gymnase qui présente la particularité d’avoir deux piliers au milieu de l’aire de jeu.

Ce match fut un véritable évènement et se déroula en présence du baron Pierre de Coubertin.

Le 15 février dans « l’Auto-Vélo », on trouvait aussi une sorte de reportage sur un match qui avait opposé BBC Trévise au Stade Français, rencontre gagnée facilement par le BBC sur le score sans appel de 14 à 0.

Les stadistes avaient pourtant fait jouer leurs meilleurs… rugbymen.

L’escalade était arrêtée par les préparatifs puis la Grande Guerre.

En juin 1919, dans un stade construit à la hâte dans le bois de Vincennes à Paris, furent organisés les jeux interalliés qui s’appelèrent Pershing, du nom du général des forces américaines.

Le Basket en France était devenu une réalité et il fallait donner une structure à cette réalité.

En 1920 le Basket devenait un sport officiel en France.

Cette reconnaissance était effectuée dans le cadre de la fédération française d’athlétisme présidée par Jean Genet. Le 8 juin 1929 elle deviendra la fédération française d’athlétisme et de basketball (FFABB).

Les Présidents

FFA puis FFABB

1920- Jean Bélanger

1929- Armand Lille

1931- Marcel Barillé

Ce n’est qu’en 1932 qu’elle deviendra la fédération française de basketball présidée par

Marcel BARILLE.

Présidents FFBB

1932- Marcel Barillé

1938- Marie-Eugène Bouge

1940- C. Pilé (responsable zone sud)

  1. Picheon (responsable zone occupée)

1945- Charles Boizard

1956- Paul Geist

1957- Robert Lescaret

1959- René Gibart

1960- Donatien Robin

1962- Maurice Chavinier

1966- Robert Busnel

1980- Robert Founs

1985- René David

Avant la création de la FFBB, des équipes de France avaient déjà disputé des rencontres, comme une sélection militaire aux Jeux Interalliés en 1919.

Fin de la 2ème Partie

Sources : Supplément à la revue Basketball N°566 Décembre 1991

NB : Existe aussi en vidéo dans l’onglet médiathèque EN CLIQUANT ICI

Disponible sur YouTube EN CLIQUANT ICI : 100 ans de Basketball 2ème Partie Basket

Les 100 ans du Basketball – Partie 3

JO 48 : LondresCouleur Argent

La « une » de Sprint Jeux Olympiques annonçait avec une photo de France-Brésil la qualification des tricolores pour la finale.

1948 : L’équipe de France médaille d’Argent aux Jeux Olympiques de Londres

L’équipe de France

André Barrais, Michel Bonnevie, André Buffière, René Chocat,

René Derency, Maurice Desaymonnet, André Even, Maurice Girardot, Fernand Guillou, Raymond Offner, Jacques Perrier, Ivan Quenin,

Lucien Rebuffic, Pierre Thiolon

Entraîneur : Robert Busnel

Dans une aventure comme celle du Basketball, il y a toujours des hommes exceptionnels. Ceux qui font l’histoire. Il y a eu James Naismith, William Jones, Borislav Stankovic. Pour nous Français il y a aussi Robert Busnel décédé le 15 mars 1991 dans un accident de voiture.

1964 : L’équipe de France junior masculine, vice-championne d’Europe.

Femmes à la une

L’histoire a retenu que ce sont les cris des joueurs de Basket dans le gymnase de Springfield qui ont attiré les jeunes filles de la Buckingham Grade School.

En mars 1982, le premier match féminin se disputait entre deux équipes de cette école.

En France, il fallait attendre la fin de la guerre 14-18, pour voir les femmes s’intéresser au Basket.

On voyait apparaître les premiers grands clubs, Les Fémina Sports, Académia, Les Sportives.

Le déclic se produisit en 1924 avec la tournée en France des Canadiennes.

Cette flambée du Basket féminin n’était pas un feu de paille. En 1930, aux jeux mondiaux féminins la France n’échouait qu’en finale face au Canada.

En 1934, à Londres, notre équipe devenait Championne du Monde !

Les Championnes du Monde

Gilberte Flouret, Marthe Chabrel, Simone Richalot, Janine Garnier, Yvonne Saintais, Lucienne Velu, Jacqueline Laudré.

1947 : L’équipe féminine de l’US MétroChampionne de France

A la fin des années cinquante, l’AS Montferrand et le Paris UC se mettaient plus souvent que les autres en évidence.

Le 1er Mars 1964 l’ASM allait exploser.

Le 12 Mars 1964 le Clermont Université Club créé une section féminine et bon nombre de joueuses y signent une licence.

1952 : France-Pays Bas à Paris

1957 : Tchécoslovaquie-France à Belgrade

1957 : Tchécoslovaquie-France à Belgrade

Le CUC monta régulièrement les marches pour disputer sa première finale en 1967. Finale enlevée par la Gerbe de Montceau le Mines.

Ensuite de 1968 à 1979, le CUC gagnait douze titres consécutifs et disputait cinq finales de Coupe d’Europe sans pouvoir s’imposer dont quatre fois face à Ouliana Semenova (2m10).

Après être retombé en milieu de classement, le club Auvergnat décidait pendant l’été 1985 d’abandonner le haut niveau.

En 1988, le BAC Mirande prenait le pouvoir pour rois ans, le titre étant aujourd’hui entre les mains de Challes les Eaux.

L’Argent de Rotterdam

En 1970, partie dans le plus complet anonymat pour Rotterdam, l’équipe de France se retrouve en demi-finale du Championnat d’Europe face à la Bulgarie.

Les Françaises s’imposent 69 à 64.

En finale, elles s’inclinent largement face à l’ogre soviétique.

L’équipe de France

Jacky Chazalon, Jacqueline Delachet (cap), Madeleine d’Engremont, Christine Dulac, Irène Guidotti, Geneviève Guinchard, Françoise Hemerick, Janine Martin, Colette Passemard, Danièle Peter, Elizabeth Riffiod, Marie-Michèle Vallon

Entraîneur : Joë Jaunay

Entraîneur adjoint : Jacques Paquet

Fin de la 3ème Partie

Sources : Supplément à la revue Basketball N°566 Décembre 1991

NB : Existe aussi en vidéo dans l’onglet médiathèque EN CLIQUANT ICI

Disponible sur YouTube EN CLIQUANT ICI : 100 ans de Basketball 3ème Partie Basket